contact

Pour contacter la fondation GoodPlanet, envoyez-nous un e-mail à forets@goodplanet.org

Vous pouvez également nous écrire à :

  • Fondation GoodPlanet

    1 carrefour de Longchamp

    75116 PARIS
 

mentions légales

Droits de propriété du site

Les informations diffusées sur le site www.desforetsetdeshommes.org sont la propriété de GoodPlanet. La diffusion intégrale ou partielle sur des sites Internet privés des contenus (textes et images), sans accord de GoodPlanet, est interdite. La modification ou l’altération de ces informations est également interdite.

Malgré toute la rigueur apportée au contenu du site www.desforetsetdeshommes.org, GoodPlanet ne peut être tenue responsable des informations publiées. D’une manière générale, la fondation GoodPlanet ne saurait garantir la qualité et la compatibilité du site à un usage spécifique, ni que le site soit exhaustif ou dépourvu de toute erreur.

Toute utilisation d’information doit faire l’objet d’une demande d’autorisation auprès du service Communication de GoodPlanet (communication@goodplanet.org). Celle-ci sera accordée si sa finalité est conforme à l’engagement de la fondation. La mise en place de liens hypertextes vers des pages ou des documents diffusés sur le site www.desforetsetdeshommes.org est autorisée si les liens garantissent la possibilité d’identifier l’origine du document. L’utilisateur devra en informer préalablement le service Communication de GoodPlanet (communication@goodplanet.org)

Ces informations ne doivent être utilisées qu’à des fins strictement professionnelles. Les utilisateurs sont responsables de l’usage qu’ils en font, conformément aux réglementations en vigueur (loi n°78-17 du 6 janvier 1978, relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, dite « Loi Informatique et Liberté »).

Loi informatique et Libertés

La délibération n°2006-130 du 09/05/2006 dispense les associations à but non lucratif régies par la loi du 1er juillet 1901 de déclaration des traitements relatifs à la gestion des membres et donateurs. Le traitement de données personnelles ne fait donc pas l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL). La dispense prévoit que seules peuvent être enregistrées les données relatives à l’identité, l’identité bancaire, vie associative à l’exception des données sensibles telles que les origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses, l’appartenance syndicale, l’état de santé ou la vie sexuelle des personnes, les infractions, condamnations ou mesure de justice. Ces données ne peuvent être conservées au delà de la démission ou de la radiation du membre (sauf s’il fait la demande contraire) et pour les donateurs au-delà de deux sollicitations restées infructueuses.

GoodPlanet s’engage à préserver la confidentialité des informations éventuellement fournies en ligne par l’internaute qui ne seront pas utilisées par d’autres entités que la fondation GoodPlanet. Conformément à l’article 34 de la loi « Informatique et Libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978, l’utilisateur dispose d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données éventuelles qui le concernent. Il suffit d’en faire la demande par courrier simple à GoodPlanet, 1 Carrefour de Longchamp, Domaine de Longchamp, 75116 Paris.

GoodPlanet

Siège social - Domaine de Longchamp, 1 Carrefour de Longchamp 75116 PARIS

Numéro de publication au Journal officiel le 2005033

Récépissé de la Préfecture de Police 05/2802 dossier 00171796

 

partenaires

  • La Fondation Yves Rocher

    La Fondation Yves Rocher

    La Fondation Yves Rocher – Institut de France a vu le jour à l'initiative de Jacques Rocher, fils d'Yves Rocher, le créateur de la Cosmétique Végétale.

    La Fondation Yves Rocher contribue à la conduite d'actions locales et globales de conservation de la nature, de solidarité et d'éducation à l'environnement, dans plus de 50 pays du monde.

    Créée en 1991 et placée sous l'égide de l'Institut de France en 2001, la Fondation Yves Rocher œuvre pour un "monde plus vert" au travers de 2 actions phares : le Prix "Terre de Femmes" et l'opération "Plantons pour la Planète".

  • FEM

    FEM

    Le Fonds pour l’Environnement Mondial est aujourd’hui la principale source publique de financement des projets d’amélioration de l’état environnemental de la planète. Il a accordé des aides à hauteur de 9 milliards de dollars sur ses fonds propres et mobilisé plus de 40 milliards de dollars de cofinancement à l’appui de plus de 2 700 projets dans plus de 165 pays. De plus, le FEM a constitué une enveloppe financière distincte de 250 millions de dollars et 750 millions de dollars de cofinancement à l’appui de la GDF/REDD+.

  • FCPF

    FCPF

    Le Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FCPF en anglais) est un partenariat mondial consacré à REDD+. Le FCPF aide les pays forestiers tropicaux et subtropicaux à développer des systèmes et des politiques pour la REDD+ et leur fournit des paiements basés sur les résultats de réduction d’émissions. Le FCPF complémente les négociations de la CCNUCC sur REDD+ en démontrant l’application de la REDD+ à l’échelle des pays.

  • Firmenich

    Firmenich

    Firmenich est la plus grande entreprise privée dans l'industrie de la parfumerie et des arômes. Fondée à Genève, Suisse, en 1895, elle est à l’origine d'une longue liste de grands classiques de la parfumerie fine et des arômes. Sa passion pour le goût et les odeurs est au cœur de son succès. Elle est renommée pour sa créativité, sa capacité d'innovation, et sa compréhension exceptionnelle des tendances du marché. Elle investit chaque année environ 10% de son chiffre d'affaires dans la recherche, reflétant son envie permanente de comprendre, partager et sublimer ce que la nature offre de mieux.

  • UNEP

    UNEP

    Créé en 1972, le PNUE est la plus haute autorité environnementale au sein du système des Nations Unies. Le Programme joue le rôle de catalyseur, de défenseur, d’instructeur et de facilitateur œuvrant à promouvoir l’utilisation avisée et le développement durable de l’environnement mondial. A cette fin, le PNUE collabore avec de nombreux partenaires, dont des organes des Nations Unies, des organisations internationales, des gouvernements nationaux, des organisations non gouvernementales, le secteur privé et la société civile.

 

qui sommes-nous ?

L’association GoodPlanet a été créée en 2005 par Yann Arthus-Bertrand avec la mission d’informer et d’éduquer le public à la protection de l'environnement. Elle est devenue fondation reconnue d'utilité publique en juin 2009, une reconnaissance qui permet d’inscrire ses activités dans la durée.

La fondation GoodPlanet invite à un mode de vie respectueux à la fois de la Terre et de ses habitants. Elle encourage chaque individu à agir et propose des solutions réalistes. Pour « mettre l’écologie au cœur des consciences », elle s’appuie sur une série de programmes qu’elle ne cesse de développer et de renforcer.

Son message universel invite chacun à réfléchir à l’évolution de la planète, au devenir de ses habitants et à s’engager.

www.goodplanet.org

La création de ce site est une volonté de la fondation GoodPlanet qui œuvre quotidiennement à la sensibilisation et à l’éducation du public à l’environnement.

Le site a été pensé et réfléchi par une équipe dédiée de la fondation qui a fourni tous les textes et les photos : Olivier Blond, Eric Boisteaux, Patrick Oudin et Bérénice Tardieu.

Nous remercions l’équipe de Publicis Net pour la réalisation et la mise en œuvre du site internet.

 
Menu

La restauration de nos forêts : le complexe de la forêt de Mau au Kenya


Wangari Maathai

Prix Nobel de la paix

Marraine de la campagne pour un milliard d’arbres du PNUE, le professeur Wangari Maathai est la plus importante militante pour l’environnement en Afrique. Elle est internationalement reconnue pour son incessant combat en faveur de la démocratie, des droits de l’homme et de la protection de l’environnement. En 2004, le Comité du prix Nobel a salué son engagement de toujours en faveur de la durabilité environnementale et de l’émancipation des femmes en lui attribuant le prix Nobel de la paix. En 1977, Wangari Maathai avait fondé le Mouvement de la ceinture verte au Kenya, mouvement qui s’est transformé en une campagne d’envergure internationale grâce à laquelle plus de 30 millions d’arbres ont été plantés en Afrique.

Les arbres jouent un rôle central dans ma vie et m’ont enseigné bien des leçons. Ils m’ont appris qu’il faut être patient, persévérant et passionné. Lorsque nous plantons des arbres, certaines personnes me disent : « Je n’ai pas envie d’en planter parce que ça ne pousse pas assez vite. » Je dois alors leur rappeler que les arbres qu’elles coupent aujourd’hui n’ont pas été plantés par leurs soins, mais par d’autres personnes avant elles.

Au Kenya, plusieurs démarches ont été entreprises pour porter un coup d’arrêt à l’affolante destruction du complexe forestier de la Mau et pour restaurer les zones dégradées. Fort du soutien du Programme des Nations unies pour l’environnement et de ses partenaires, le gouvernement kényan a formé en 2008 un groupe de travail constitué de multiples parties prenantes avec pour mission de formuler des recommandations sur la manière dont ces écosystèmes forestiers, indispensables à la subsistance de millions de Kényans, doivent être restaurés et protégés.

Je ne suis en aucune façon lassée par mon combat en faveur de nos forêts. Cela m’encourage et me motive lorsque je vois des individus rejoindre notre lutte. À l’heure actuelle, plusieurs partenaires et parties prenantes ont signé des accords avec le Service kényan des forêts (Kenya Forest Service) pour réhabiliter des portions du complexe de la Mau et se sont engagés à endosser une responsabilité commune vis-à-vis de la gestion et de la restauration de cette forêt. Le Mouvement de la ceinture verte et ses partenaires tels que le Fonds « Sauvons la Mau » (Save the Mau Trust) et l’Initiative Clinton pour le climat (Clinton Climate Initiative) ont pour objectif commun de planter six millions d’arbres d’ici 2014.

Si nous sommes impliqués dans la protection de la forêt de Mau, c’est parce qu’elle fournit d’importants services écologiques, économiques et sociaux. Il s’agit de la plus grande surface forestière du Kenya et, avec ses 400 000 hectares, elle est sept fois plus grande que la capitale du pays, Nairobi. Elle représente également le plus grand « château d’eau » du Kenya, alimentant les grandes fleuves qui coulent d’est en ouest et se jettent dans six grands lacs parmi lesquels les lacs Nakuru et Naivasha au Kenya et les lacs Victoria et Turkana, communs à plusieurs pays.

Les services écologiques fournis par cet écosystème profitent à des habitats naturels qui incluent plusieurs zones de conservation extrêmement importantes et connues dans le monde entier comme la Réserve nationale du Masaï-Mara, le Serengeti en Tanzanie et le lac Natron, important lieu de reproduction du flamant nain. Parmi les secteurs économiques clés qui dépendent eux aussi des services rendus par la forêt, citons l’agriculture, le tourisme et le secteur énergétique avec la production d’énergie hydraulique.

Malgré son rôle vital, cette forêt a perdu ces quinze dernières années un quart de son couvert original à cause de l’extraction illégale de ressources, de la plantation d’essences exotiques pour l’industrie du bois, de la présence de plus en plus envahissante des hommes et de la conversion des terres en surfaces agricoles.

La dégradation de la forêt a de graves conséquences : pénuries d’eau et de nourriture, coupures d’électricité dues à une alimentation insuffisante des barrages en eau, incidences sur le tourisme et sur les moyens de subsistance des populations dans les régions qui dépendent de cet écosystème. Il faut noter en outre qu’il existe une petite communauté autochtone, les Ogiek, qui est totalement dépendante de certaines parties de la forêt pour sa nourriture, ses médicaments et son habitat.

Celles et ceux d’entre nous qui ont sous les yeux un environnement dégradé ne peuvent pas se satisfaire de cette réalité. Ils doivent agir. Dans la perspective de l’Année internationale des forêts, j’en appelle aux décideurs et aux citoyens du monde entier pour qu’ils mènent des actions concertées en faveur de la restauration et de la protection des forêts. C’est un devoir que nous avons vis-à-vis des générations actuelles et futures, toutes espèces confondues.

Wangari Maathai